Skip to content

Remark consomme-t-on notre musique ? | La Presse

Notre manière d’aller à la découverte de la musique et de la consommer a connu une véritable révolution ces dernières années. Pour y voir plus clair, l’ADISQ a réalisé une huge enquête auprès de 4000 Québécois. Plusieurs éléments très intéressants émanent de ce rapport qui sera mis en ligne ce mercredi et sur lequel j’ai mis la important.


On and study that 61% of Québécois ont maintenant recours à une platforme d’écoute en ligne pour écouter de la musique. The recognition of those plateforms is especially observable amongst younger adults (84%), adolescents (75%) and people 35-54 years outdated (66%). Les données diffèrent toutefois chez les 55 ans et plus, qui n’utilisent ces plateformes de diffusion qu’à 41 %.

The preferred on-line music broadcasting platforms in Québécois are YouTube (69%), Spotify (56%) and Apple Music (24%). Les 18-34 ans served in nice majority of YouTube (74%), suivi of Spotify (66%).

Ces plateformes utilisent divers moyens pour nous mettre leurs solutions entre les two oreilles. Extra of the Québécois want 69% to hearken to the chansons and music that select eux-mêmes, opposite to 31% who go for the random suggestion mode.

Alors that the CDs and the vinyls on long-term provide the items within the judiciary établis packages, on découvre that the mélomanes d’ici écoutent à 60% of autonomous chansons, towards 35% who s’offrent des full albums. Les aînés se tournent plus souvent vers des albums complets avec 42%.

Fait intéressant à noter, lorsque les Québécois découvrent de nouvelles musiques, l’écoute d’une seule chanson se fait à 50% et l’album complet, à 45%. Bref, notre curiosité nous amène à aller plus loin.

Une donnée m’a vivement intéressé et c’est celle qui touche les moyens qui nous permettent de faire ces découvertes. Radio (60%), tv (47%) and des solutions de l’entourage (38%) are the principle bougies of allumage. Les plus jeunes découvrent de la musique grâce aux propositions d’amis (55%), aux solutions de YouTube (45%) et par l’entremise des réseaux sociaux (30%).

C’est en grande partie avec la radio commerciale/privée (75%) que nous faisons nos découvertes. Radio publishes (35%) s’occupe du reste. Sachant that des radios publishes, like ICI Musique, suggest des choix beaucoup plus éclatés et audacieux that les business radios, on pourrait débattre longtemps of the notion of «découvertes».

Les moments préférés des Québécois pour écouter de la musique sont lors des déplacements (75%) et au second d’accomplir des tâches ménagères (62%). Oh! le well-known ménage du samemedi matin au son de Louis-Jean Cormier ou Harry Types.

On s’est souvent suedé, au cours des dernières années, si les Québécois accordaient plus d’significance aux créateurs d’ici. L’étude nous montre qu’il exists a mess of raisons pour lesquelles on se tourne vers nos artistes: par intérêt (13%), pour les artistes (13%) or pour comprendre les paroles (12%).

And when on demand aux divers teams interrogés if the query d’appartenance à la langue française is necessary, an infime minority (3%) des 13-17 ans jugent que oui, alors que les 55 ans et plus (13%) trouvent que cella influences sur leurs choix.

Though the adoption of the C-11 challenge (which can body the diffusion continues on-line) is to be attended, this enquête devrait guides the CRTC (who can be personally chargeable for establishing les moyens de mettre en valeur et de protéger I comprise him Canadian) dans les choices qu’il devra prendre.

« Cette étude represents a 12 months of labor, I trusted Ève Paré, directrice générale de l’ADISQ. C’est sans doute le portrait le plus complet et le plus present de nos habitudes avec la musique d’ici. »

We habits of spectacle

Avant la pandémie, 40% of the gens n’assistaient à aucun spectacle musical et 32% en voyaient un ou deux par année. After the reprise of the inventive exercise within the corridor, 44% of Québécois are younger, their habits of consumption of musical spectacle haven’t modified. Nevertheless, 13% soutiennent en voir plus souvent. Cela est particulièrement vrai chez les 34 ans et moins (à environ 20%). Précisons that I probe him I carried out quelques semaines après que les salles de spectacle ont pu accueillir de nouveau le public au most de leur capacité.

Methodology

Ce probe Léger a été réalisé auprès de 4003 Québécois(e)s du 14 a 27 mars 2022. Des données sommaires de ce probe ont été publiées par l’ADISQ en mai dernier. It’s not doable to calculate a margin of error south of an échantillon pulled from a panel, extra à titre comparatif, the margin of error is ± 1.5%, and many others., 19 fois sur 20.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *