Skip to content

The police premiere of Québec is revealed in a biographie

Écrit par l’auteure Annie Roy, cet ouvrage intitulé the fearful To not point out the crafty that allowed Nicole Juteau to change into a policeman.

Je n’avais pas le droit d’aller en strategies policières, alors je suis allée en strategies correctionnelles, mais mon idee était de changer d’orientation. Heureusement, un orienteur était nouveau, et j’ai abused are ignorance of him. J’ai posé ma candidature en strategies policières l’année d’après et j’ai été acceptées’est-elle rappelé vendredi en entrevue à l’émission reside.

À l’époque, le texte de loi qui encadrait le travail des policers ne faisait nullement point out des femmes, se souvient-elle. Il fallait être un homme [d’au moins] cinq pieds et huit pouces et 140 livres. La grandeur, le poids, j’aurais pu essayer, mais c’est le sexe que j’avais de la misère à changera blagué la policière retraitée, aujourd’hui âgée de 68 ans.

Nicole Juteau, premiere femme admitted to the ranks of a police corps in Québec in June 1975 (archives).

Photograph : Radio-Canada

Malgré les embûches, cette native de Montréal-Nord to été affirmée in 1975, l’Année internationale de la femme, puis rejoin la Sûreté du Québec à Shawinigan comme patrouilleuse.

When his first day arrives, on m’a dit: “On s’excuse, mais la loi n’est pas changée, donc on va vous donner votre insigne, mais vous n’aurez pas d’arme à feu ni d ‘uniforme tant que la loi ne sera pas changée.” On m’a appelée Rien Juteau pendant tout l’étéat-elle recounted the micro d’Anne-Marie Lemay.

La biographie dépeint un milieu d’hommes qui mettra plusieurs années avant de devenir plus inclusif. La Sûreté du Québec n’a alors pas d’uniforme conçu pour les femmes, remarked Nicole Juteau.

« J’avais une chemise de gars, mais on avait I traced the stains. Les femmes, on n’a pas la même physionomie à l’avant, donc je mettais des épingles à couche pour ne pas que ça ouvre. »

A quotation of Nicole Juteau

At-elle songé à baisser les bras? Jamais, mais j’ai pleuré souventshe replied. After I began patrouiller et que les gars étaient méchants, j’allais me cacher à l’église et je pleurais, mais jamais devant eux.

From patrouilleuse to double agent

Heureusement, la policière retraitée a pu compter sur l’appui de nombreuses personnes. Elle se suvient de la obscure d’amour reçue au Pageant western de Saint-Tite alors qu’elle était affectée à la circulation. Je bloquais le trafic au lieu de le debloquer parce que les gens arrêtaient, venaient me voir et me donnaienta la foremost. Les femmes sortaient et criaient “Vive la femme!” et, pendant ce temps-là, le trafic n’avançait pas. C’était extraordinaire de travailler avec le public.

After six years handed by Shawinigan, Nicole Juteau ensuite is promue enquêtrice, puis double agent. Elle qui n’avait jamais mis les pieds dans un bar s’est forgé un personnage, celui de Nicky, pour infiltrer des réseaux criminels. J’avais presque tous les rôles. Une journée, je pouvais être une prostituée, le lendemain j’étais une danseuse nue ou la femme d’un dentiste très huppé. I assumed that j’étais une bonne improvisatrice.

Elle avait aussi des alliés au sein des forces de l’ordre. La Sûreté du Québec a vraiment voulu m’avoir parce qu’ils savaient qu’il n’y avait pas beaucoup de policières. Le directeur dans le temps, Jacques Beaudoin, était merveilleux. Il en voulait, des femmes, insists-t-elle. Plusieurs anciens collègues l’ont d’ailleurs félicitée depuis la parution de the fearful. Ils ont lu le livre et ont vu remark j’ai eu de la misère. The policemen deserve me.

Pres de 50 ans plus tarde, her s’effort maintainant de faciliter le parcours des nouvelles recrues. J’adore aller voir les jeunes en strategies policières pour leur dire qu’il n’y a rien qui peut les empêcher de faire le métier qu’ils veulent faire : j’en suis le meilleur instance. Je donne des conférences dans des polyvalentes.

His story can be tailored for tv.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *